FAQ
Retour au voiturist’oires
le 24 juillet 2018

La voiture de l'avenir

C'est l'histoire d'une aventure futuriste ancrée dans le passé, dépoussiérée grâce à la dernière édition du Salon Rétromobile qui s'est tenue à Paries Expo Porte de Versailles en février dernier. L'exposition mettait à l'honneur, entre autres, la carrière du grand pilote français Jean-Pierre Wimille ainsi que les véhicules qu'il a conçus et pilotés.

Texte et photos par Kit Thomas.

Les grandes découvertes et inventions majeures sont parfois le fruit d’heureux hasards. Elles sont assises dans nos mémoires comme l’ampoule électrique d’Edison ou encore la pomme de Newton.

Il existe, à l’inverse, des projets non sans la même grandeur et parfois liés à une avancée technologique révolutionnaire qui n’ont pas eu le même destin.

« La Voiture de l’Avenir » est un projet pensé et réalisé par Jean Pierre Wimille entre 1937 et 1946. Il s’agissait d’une déclinaison en 3 versions de sa réflexion sur le véhicule du futur : une voiture légère et puissante, de faible cylindrée, habillée d’une carrosserie aérodynamique. Tous les prérequis de la formule 1 dans une voiture destinée au grand public. Le projet, prêt à être industrialisé, est abandonné en 1949 suite à la disparition tragique de son concepteur.

Je me suis rendu au Salon Retromobile quelques heures avant son ouverture, invité par un Club automobile à réaliser quelques prises de vues de leur véhicule.

Non loin de là, au détour d’une allée du Hall 3, je remarque une petite voiture, perdue au milieu d’un espace de la taille d’un terrain de handball qui lui est réservé.

Son aspect arrondi et tout en courbes pique ma curiosité. Pas de doute, il s’agit d’une voiture ancienne. Mais sa forme suggère que son design a dû défrayer la chronique d’une autre époque. Quelques innovations techniques contribuèrent également à l’engouement autour de ce projet. Il s’agit d’une voiture à 3 places avec conduite au milieu, un moteur de Citroën Traction en position centrale arrière, une boite de vitesse électromagnétique Cotal et une carrosserie signée Chapron.

Si cette voiture n’est pas née sous la même étoile que la légendaire Aston Martin dans James Bond, je me dis que cette petite merveille aurait eu toute sa place dans les films de Jacques Tati « Playtime » et « Trafic ».

Vérification faite, ces films sont sortis en salle plus de 20 ans après la conception des prototypes JPW GT. Là encore, une marque de modernité et un signe que cette voiture était en avance sur son temps, tout du moins pour le néophite que je suis.

Qui était Jean Pierre Wimille ?

Il fut d’abord un talentueux pilote. Avant la Seconde Guerre mondiale, sur Bugatti, il remporta plus de 20 grand prix de 1932 à 1939 et par deux fois les 24 heures du Mans en 1937 et 1939. Après-guerre, Jean Pierre Wimille passe chez Alfa Roméo et gagne 9 grand-prix de 1946 à 1948. L’Histoire rapporte que Juan Manuel Fangio avait pris « JPW » en exemple.

Il fut aussi un fervent résistant, membre du réseau « Chestnut » du Special Operations Executive (SOE) pendant l’occupation.

Il fut enfin un génie précurseur, concevant, en pleine Seconde Guerre Mondiale, le prototype opérationnel d’une voiture électrique, construite en un seul exemplaire faute de moyens.

Une lecture en amenant une autre, je découvre que la voiture électrique était très en vogue au début du XXe siècle. Certains modèles dépassent les 100km/h dès 1899. En 1900, une flotte de taxis électriques équipe la ville de New-York. Et 38% des voitures en circulation sur le sol américain sont électriques !

Une fois revenu à ses esprits, on se rend compte que l’on n’est pas devant une simple voiture. La JPW 01 vient de nous faire remonter le temps. Elle nous a présenté  un pilote hors norme, un inventeur qui a balayé 100 ans d’industrie automobile. Elle nous a suggéré une filmographie des années 60 alors que son prototype avait 20 ans d’avance. Elle nous a ouvert les yeux sur l’alternative de la voiture électrique qui était au coude-à-coude avec la voiture thermique jusqu’aux années 1920. Elle nous a rappelé ces grands projets industriels viables qui sont abandonnés. Abandonnés des bancs de montage, mais certainement pas de la mémoire collective et des nombreuses innovations qui s’inspirent encore plus d’un demi-siecle plus tard de la passion et de l’inventivité d’un homme.

0 Commentaire

Pour rédiger un commentaire, vous devez vous inscrire ou bien vous connecter


ConnexionInscription
Voulez-vous vraiment retirer ce véhicule de votre garage